Canal Ti Zef – Projection d’Irrintzina aux Studios


Lundi 29 janvier, une projection-débat du documentaire Irrintzina: Le cri de la génération climat était organisée au cinéma Les Studios. A l’initiative de l’association Canal Ti Zef, elle avait lieu en présence du co-réalisateur du film, Pascal Hennequin.

 

Canal Ti Zef, qui appartient comme Pascal Hennequin à la Fédération de l’Audiovisuel Participatif, est à l’origine de la projection brestoise. « Cela avait un sens de les faire venir à Brest, une fois qu’on a vu qu’ils n’étaient pas encore passés ». La décision prise, ils ont contacté les autres associations pour montrer les différentes actions locales et pour mutualiser les coûts. Ce sont 6 associations qui présentent donc Irrintzina ce soir là :

Canal Ti Zef

ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne)

AE2D (Agir pour un Environnement et un Développement Durable)

Association « Landivisiau dit non à la centrale »

Transition citoyenne en pays de Brest

Terre des possibles

Irrintzina, appel que se lancent les bergers basques de colline en colline, est ici le cri d’une nouvelle génération consciente de l’urgence d’un changement avant une catastrophe climatique irréversible. C’est celui de l’association basque Bizi ! qui se mobilise depuis 2014 pour remuer les consciences à travers le mouvement Alternatiba. Entre janvier 2015 et janvier 2017, dans l’organisation de villages des alternatives, le Tour Alternatiba, de Bayonne à Paris à bi, tri, quadricyclette, face à la COP21, dans le mouvement des faucheurs de chaises, le blocage du sommet pétrolier, l’équipe du film a suivi les infatigables militants autour de la France. Ils témoignent de la croissance d’un mouvement d’opposition non-violente visant à promouvoir la désobéissance civile face détruisent la planète et mettent en péril les vies humaines.

Le film, narré à la première personne est aussi l’immersion de Sandra Blondel, co-réalisatrice, dans le mouvement, et sa prise de conscience de l’urgence climatique. Il expose ce que l’équipe du film a découvert au fil de l’aventure : la communication non-violente, la solidarité et le calme nécessaire pour soutenir une résistance non-violente, la retenue à adopter pour rester ouvert au dialogue quelques soient les circonstances, et une confirmation de la force de l’image : « la caméra est une arme pacifique ».

Pour Alternatiba, l’aventure continue en grandissant. Un tour Alternatiba est prévu du 9 juin au 6 octobre 2018, la campagne de financement participatif ayant été clôturée la veille avec succès.

Le mouvement encourage aussi les initiatives et propose sur son site des kits méthodologiques pour créer un village des alternatives ou de mobilisation pour engager les alternatives territoriales. Grâce aux actions, aux réseaux sociaux et maintenant à la diffusion du film, de plus en plus de personnes se regroupent autour de l’association. Parmi les nombreuses actions proposées par Alternatiba, chacun peut trouver sa place ou son geste.

Dans le public, une bénévole annonce un Tour Alternatiba partant de Brest. Départ le 21 juin de la Place de la Liberté et passage par le canal de Nantes à Brest pour une arrivée à Notre-Dame-des-Landes le 1er juillet.

Les commentaires sont fermés