Capucins – Après-midi festive pour la journée internationale des migrants


Ce lundi 18 décembre est la journée internationale des migrants. Le Réseau du Pays de Brest pour l‘Accueil des Migrants dans la Dignité a marqué cette occasion le dimanche 17 décembre par un après-midi festive aux ateliers des Capucins : un temps de rencontres, de musique et de solidarité.

Autour du kiosque de la place des machines, les curieux sont attirés par l’affichage, la fanfare et la présence incongrue d’un bac de tubercules.

Au programme de l’après-midi, des discussions avec les bénévoles, mais aussi une pièce de théâtre construite par les jeunes, et l’énergie débordante de la fanfare Twopical Breizh.

A l’extérieur du kiosque, un troc solidaire est proposé. Comme l’explique Nancy Karlikov, de l’asociation Digemer : les pommes de terre bios et les oignons ont été offerts par deux agriculteurs et les jeunes sont allés les ramasser. Ce troc solidaire propose de les échanger contre du riz et de l’huile, qu’ils consomment davantage.

Un spectacle est présenté par un groupe de jeunes migrants. Ils l’ont monté dans le cadre d’un atelier théâtre avec Travesias et le Théâtre de l’Opprimé pendant les vacances de la Toussaint. Ils y jouent cinq tableaux évoquant leurs traversées : « Le travail forcé », « la prison en Lybie », « la traversée en bateau », « le tram » et « le bureau du procureur ».

Les représentations sont suivies de débats, qui, à cause du bruit de l’endroit, se muent en discussions en petits groupes. Les spectateurs interrogent les jeunes sur leurs expériences. La scène du bureau du procureur (symbolisant le combat pour avoir accès à une éducation) rappelle que l’arrivée en Europe ne marque pas la fin de leurs épreuves, au contraire.

Dernier tableau: Le bureau du procureur

Des bénévoles des différentes associations du réseau étaient présents pour dialoguer avec les visiteurs et faire connaître les actions menées dans le pays de Brest.

On retrouvait :

  • ADJIM (Accompagnement Des Jeunes Isolés Migrants) : propose des ateliers pour apprendre le français, aider aux devoirs ou à comprendre les codes de la vie en France, au lycée Vauban mais aussi des sorties et des activités ainsi qu’une aide juridique.
    Contact
  • La Maison des mineurs : s’occupe de l’accueil des jeunes exclus des hôtels et des dispositifs en leur cherchant des hébergements et les aide à gérer le quotidien, notamment les démarches administratives.
  • SOLAMI (Solidarité Logement pour l’Accueil des Migrants) : recherche de nouvelles possibilités d’hébergement pour les migrants en « zone grise » (qui attendent un recours et n’ont pas de logement pendant ce temps), notamment les jeunes qui ne sont pas reconnus comme mineurs.
    Contact
  • Digemer : réseau d’aide à l’hébergement quand les solutions manquent (quand les jeunes sont dits majeurs par exemple). Le réseau trouve des familles d’accueil pour les jeunes, une famille référente et plusieurs autres familles pour prendre le relai afin que le jeune puisse toujours être accueilli et aidé.
  • Et d’autres

Toutes ces associations s’allient pour favoriser l’accueil des migrants. Olivier Cuzon de la Ligue des Droits de l’Homme le rappelle : « La notion d’accueil est essentielle car plus on accueille, plus on favorise l’intégration. » Une notion d’accueil souvent oubliée, lorsqu’on constate les situations médicales ou vitales déplorables de beaucoup de migrants.

Comme le confie avec pudeur l’un des jeunes hommes, l’accueil en famille et la possibilité de parler à des bénévoles ou de participer à des activités sont des opportunités de « se changer les idées » et d’oublier «les choses moins joyeuses ».

Les associations sont à la recherche de bénévoles pour participer à l’accueil, à l’aide juridique ou animer des ateliers. L’aide peut aussi être apportée sous forme de dons. Les contacts des associations sont disponibles sur le site du réseau : https://www.reseaumigrantsbrest.fr/

Les commentaires sont fermés