Migrations, racisme, vivre-ensemble. Sommes-nous concernés ?


L’accueil des migrants a défrayé la chronique en fin d’été dernier. Au-delà du traitement médiatique caricatural qui avait, en quelques jours, opéré un virage à 180°, cette question est trop souvent abordée sur le terrain des émotions.

Le rôle des organisations citoyennes est bien entendu de « monter en première ligne » lorsque les droits fondamentaux ou les valeurs de la République sont mis en cause par des courants xénophobes. A ce titre, la Ligue s’est immédiatement engagée au sein d’un réseau d’organisations pour l’accueil des migrants dans la dignité. Après cette première étape sur le terrain de l’urgence, le travail d’un Mouvement d’éducation populaire consiste à œuvrer dans la durée pour que l’opinion publique -le peuple, les gens- regarde avec bienveillance l’arrivée de ces quelques familles.

À cette fin, un travail d’éducation de tous par tous peut être réalisé par et au sein de nos associations laïques du réseau de la Ligue : cafés-débats, expositions, débats mouvants, murs des préjugés, films,…nombreux sont les supports possibles pour que la question du métissage à travers les périodes de notre histoire soit abordée dans nos conseils d’administration, dans nos sections, avec des adultes ou des jeunes. Il s’agit-là d’une belle occasion de contrer les idées nauséabondes de l’extrême-droite, idées qui s’insinuent dans notre société, y compris dans notre région jusqu’alors globalement préservée. Pour nous, responsables associatifs qui nous disons depuis des années qu’il n’est pas possible de seulement constater la montée de ce vote et de ses valeurs de rejet de l’Autre, c’est peut-être le moment d’interpeller nos adhérents, nos collègues dirigeants sur cette question d’actualité.

L’autre lieu d’intervSyrian refugees flee conflict to Turkeyention privilégié pour la Ligue est bien entendu l’École. Certes, les écoles fréquentées par les enfants des familles de réfugiés. Mais aussi l’ensemble des écoles et collèges du Finistère. Nous devons développer le travail autour de « diversité culturelle et appartenance commune », multiplier les séquences d’intervention sur la laïcité, relancer un travail sur la mémoire de l’émigration et de l’immigration en Bretagne.

Ces travaux seront d’autant plus efficaces qu’ils seront conjugués à des animations sur la prévention de la radicalisation telles que nous les menons, notamment dans les lycées, à la grande satisfaction des jeunes et des équipes éducatives. Cette entrée par les notions d’embrigadement et de manipulation de type sectaire permet tout d’abord d’identifier les véritables mécanismes à l’œuvre sur internet et de montrer que de nombreuses victimes de l’embrigadement ne sont pas de religion musulmane et que…tout le monde est potentiellement concerné.

Sans angélisme aucun, cette entrée permet ensuite d’éviter l’amalgame entretenu par l’extrême droite entre choix religieux (entendons Islam) et terrorisme.

(conclusion modifiée le 18-11)

La République est-elle en danger ? Elle est en tout cas sérieusement ébranlée. C’est ce que nous a dit Christiane Taubira à l’occasion des 90 ans de la Ligue en Ille et Vilaine. Elle a insisté sur le rôle de notre Mouvement de 30 000 associations et sur leur force de frappe…

Certaines de nos associations ont engagé, avant la nouvelle tragédie, des initiatives (débats, animations,…) avec ou sans le soutien du siège. Elles doivent se multiplier.

L’amalgame réalisé entre réfugiés et terroristes est encore plus vif depuis les attentats du 13 novembre. A cet égard, les manifestations de l’extrême droite, le lendemain à Pontivy ou ailleurs, interpellent les républicains. Depuis des mois, l’heure était à la mobilisation. Elle devient juste …impérative.

Seuls ou en partenariat, nous avons une occasion « historique » de pouvoir agir sur des phénomènes de société et concrètement sur notre environnement, à partir de nos places de militants laïques d’éducation populaire. Saisissons-la !

Yannick HERVE
Secrétaire général
Ligue de l’enseignement 29

Les commentaires sont fermés