Le Festival européen du film court de Brest 2015


Le Festival européen du film court de Brest a fêté cette année son trentième anniversaire. Pour une telle occasion, le festival a eu un petit coup de nostalgie et a donné l’occasion aux spectateurs de voir ou de revoir les films qui ont fait le succès de Brest et (re)découvrir par un regard rétrospectif, les meilleurs films présentés aux petits et aux grands.
Retour en arrière

C’est grâce àcocotte3 cette démarche que nous avons eu la joie d’assister à la projection « La Cocotte est morte… Vive la Cocotte ! ». Ce sont les meilleurs films (très) courts qui ne dépassent pas les six minutes. C’est une catégorie qui avait été créée en 2000, devenue un programme phare du festival. Arrêtée depuis 2012, faute de ne plus avoir de films aussi courts, c’est avec plaisir que l’équipe de Côte Ouest nous a concocté 1h30 de « petites cocottes » dans la salle du Grand Théâtre au Quartz. Le Royaume-Uni, la France, L’Allemagne, le Portugal, la Suisse, l’Espagne, l’Irlande, la Belgique, la Roumanie, l’Italie, la Suède, le Pays-Bas, autant de nations représentées qui nous font voyager dans un monde cinématographique où l’on découvre l’originalité de nombreux réalisateurs. D’une partie de ping-pong entre deux gros ventres à un strip-tease soufflé d’une métamorphose ; on y découvre un duel de bonshommes au panier de basket entre un gardien de nuit et un homme de ménage ; dans la même veine, nous retrouvons deux mamies qui se « battent » à coups de sonneries de téléphone portable ; d’une mère qui explique tant bien que mal la virginité à sa gamine ; d’un choc interculturel hilarant entre un cowboy et une lesbienne. On flippe aussi devant l’adaptation en jeu vidéo du film « Shinning » où nous tenons en haleine durant plusieurs minutes dans la peau du jeune Danny avec la peur au ventre de rencontrer les jumelles ou encore, l’amour naissant entre deux employés de bureaux peu loquaces.

Bref, puisse que cette catégorie retrouve sa place dans ce programme si fort et en attendant la nouvelle édition, nous vous invitons à découvrir le portrait de Pauline Durand, bénévole au sein du festival depuis maintenant quelques années.

Rencontre avec une bénévole
Pauline Durand, 24 ans, était cette année bénévole comme assistante de direction au sein du festival. C’est pendant trois semaines qu’elle s’est donnée à cœur joie dans la réalisation de cette tâche.

pauline durandEn quoi consistait son rôle ? Pauline a su se montrer polyvalente. Par exemple, pour la première fois cette année, le festival proposait une garderie pour les enfants et elle s’est donc chargée de l’installation et de son bon déroulement pendant le festival. Elle a eu également la mission de retrouver toutes les affiches depuis la création de l’événement, affiche que l’on a retrouvées ensuite dans le couloir à l’étage près du Grand Théâtre. Pauline s’est aussi occupée du listing pour les cocktails afin de remercier les personnes actives depuis maintenant trente ans. Mais son « gros kiffe » a été de s’occuper de la régie pendant la remise des prix, le vendredi 13, « une super expérience » déclare t-elle souriante. Elle a aussi passé la journée de samedi avec le jury, leur faire découvrir la ville de Brest.

Ses coups de cœur ? « Ce que j’ai préféré c’est retrouver le programme des Cocottes, j’ai beaucoup ri et aussi Aquabike m’a fait beaucoup déliré, de Jean-Baptiste Saurel ».

Le festival est aussi un moyen de rencontrer des multiples personnes et par exemple, Andrew Brand, le réalisateur du teaser du festival est « devenue mon pote ».

Sinon, Pauline nous exprime avec quel enthousiasme elle a été admise dans l’équipe et que très vite on lui a fait confiance. « Suite à ces trois semaines passées avec eux, le domaine de l’événementiel me tente, pourquoi pas à l’avenir me lancer là-dedans ! ». Mais pour l’instant, Pauline souhaite valider sa licence d’anglais et partir ensuite pour un tour du monde durant une année. Bonne route !

En attendant, n’hésitez pas pour l’année prochaine à candidater pour être bénévole, le festival accueille avec joie des nouvelles têtes.

 

 

Les commentaires sont fermés